Mail

I-prof 180x44 Eduscol 150x33 Arena 130x142 voyage 150x122
   

La lettre de rentrée du Vice-recteur

Paru le 04/09/18
Mis à jour le 04/09/18

À chaque rentrée scolaire il est de tradition que le Vice-recteur adresse un mot à l’ensemble de ses personnels, je ne dérogerai pas à la règle, d’autant plus que cette rentrée a, ici, une intonation et une saveur particulières. La rentrée 2018 amorce, en effet, un changement majeur, très attendu de tous, le passage de Vice-rectorat à rectorat de plein exercice. C’est un tournant historique, et nous avons, tous ensemble, 18 mois pour passer du rêve à la réalité.


Quand j’ai été nommé dans l’académie de Mayotte, j’ai pris mes fonctions avec un immense enthousiasme, fier d’accompagner ce changement et de dépasser, avec vous, les constats, objectifs ou subjectifs, les freins, connus ou fantasmés, mais impatient aussi de m’appuyer sur les compétences et les forces vives de cette académie, des forces, peut-être éparpillées, qu’il allait falloir restructurer, des forces, certainement à bout, qu’il allait falloir connaître et reconnaître, conforter, rassembler, pour actionner les bons leviers et transformer l’académie, très profondément, sur tous les points, poste par poste, statut par statut, structure par structure. Mais je savais aussi que je ne serai pas le recteur providentiel qui ferait tout, tout seul : car l’académie de Mayotte est bien à un tournant de son histoire et c’est l’ensemble des personnels déjà présents, et en action, qui peuvent amorcer ce tournant avec l’énergie combative dont ils ont déjà fait preuve.


Ancrés dans la réalité de ce territoire, nous pouvons, ensemble, bâtir cette école de la confiance que le ministre a axée sur un triptyque : la transmission des savoirs fondamentaux, la préparation des élèves à leur avenir et le rassemblement de tous autour de l’école. Ce triptyque, il nous appartient de le décliner en actions spécifiques au sein d’un projet d’académie 2019/2022, simple et clair, ayant comme fil rouge le passage du Vice-rectorat en rectorat.


Il est vrai que certains paramètres sont déjà réunis : des locaux parfois très modernes, même s’ils sont encore insuffisants ; des enseignants compétents, même s’il reste des postes vacants et un nombre élevé de contractuels ; des personnels de direction et d’inspection expérimentés et en cours de stabilisation ; des personnels administratifs prêts à se professionnaliser ; des personnels de vie scolaire et de santé qui doivent affronter des maladies qui ont disparu sur d’autres continents, mais qui sont qualifiés et viennent d’être renforcés ; des élèves de plus en nombreux, en difficulté langagière ou sociale, mais soutenus par des familles qui croient en la capacité de l’école d’élever leurs enfants dans l’échelle sociale.

Selon moi, rien du constat sans concession que j’ai fait avec mes équipes n’est insurmontable, et vous avez tous, chacun à son poste, enseignant et inspecteur, personnel de direction et d’inspection, personnel de vie scolaire et de santé, fait la preuve que votre académie pouvait fonctionner, grâce à vous, que vos élèves pouvaient apprendre.
Les effectifs poursuivent leur croissance et nous atteignons les 100 000 élèves, mais nous avons un programme de constructions neuves ambitieux, qui doit nous permettre de les accueillir tous. Parallèlement, les expertises post séismes ont permis de diligenter des travaux et des confortements de bâtiments. Les enseignants, plus de 6400, sont aussi en augmentation et d’autres inspecteurs ont été nommés. Ils sauront tous ensemble accompagner les contractuels et suivre les conditions d’application des réformes pédagogiques indispensables.


Nous appliquerons, comme dans toutes les académies, les réformes nationales, car c’est le rôle de chaque rectorat, mais en nous mesurant surtout par rapport à nous-mêmes, en mettant en oeuvre des dispositifs spécifiques adaptés au plurilinguisme, à l’histoire et à la culture de Mayotte, tout en mettant en place des procédures pour monter en puissance : faire face au manque de salles de classes, accueillir plus d’enfants en maternelle, s’appuyer sur le co-enseignement et les effectifs réduits, mais aussi renforcer en collège le dispositif « devoirs faits » qui représente pour nous, face à tous ces enfants qui vivent dans des situations de grande précarité, une obligation morale. Au lycée, les tests de positionnement prévus par la réforme et les accompagnements personnalisés à l’écrit et à l’oral correspondent aux besoins que vous aviez vous-mêmes déjà exprimés. Rentrée en musique et sport scolaire, deux dispositifs enfin particulièrement actifs dans l’académie, participent au vivre ensemble et à l’éducation citoyenne.
Que manque-t-il finalement à ce Vice-rectorat pour devenir rectorat, au-delà de l’enveloppe financière inédite de 500 millions d’euros, sur cinq ans, que l’État a alloué à notre académie ?


Il faut passer à une autre dimension et ne plus accepter, ni faire soi-même, du « Magnégné », tout en étant réalistes et patients. Cela signifie pour chacun de vous, changer de posture, se former davantage encore, apprendre les procédures et les respecter, mais aussi respecter son statut et connaitre les contours de son poste de travail, travailler en réseau, partager les informations. Et cela signifie pour moi et mes collaborateurs d’adopter la même posture, respecter le même cadre et toutes les procédures administratives, tenir nos engagements du premier degré au supérieur, et enfin défendre les intérêts spécifiques de l’académie, tout en nous inscrivant dans le cadre national.


L’aide spécifique de l’État nous permettra aussi plus facilement de nous inscrire dans le cadre juridique et l’application pleine et entière du code de l’éducation à tous les niveaux : organisation administrative, restructuration, constructions, recrutement, formation, accompagnement, titularisation, gestion des carrières, et ouverture sur le monde universitaire. Chacun devra y mettre du sien, les progrès seront parfois ténus, toujours concrets, mais c’est toute une germination qui commence.
Notre académie est comme une nouvelle plante et nous serons tous des jardiniers talentueux, tous très professionnels. Il faudra l’aimer telle qu’elle s’offre à nous, l’entourer et lui mettre des tuteurs chaque fois qu’elle en aura besoin, veiller à enlever les mauvaises herbes qui pourraient ralentir sa progression et l’accompagner par des engrais de toute origine et de toute nature : c’est une naissance et une croissance que je vous invite à partager.


Je vous remercie et vous souhaite une bonne rentrée scolaire.
Tsimou véléchéyani marahaba, Nahoumou bouchiriyani mwaha mwéma wa msomo.

Stephan Martens

   

Les dernières visites du Vice-Recteur

le-ministre-de-l-education-nationale-en-visite-officielle-a-mayotte

Le Ministre de l’Education nationale en visite officielle à Mayotte

La rentrée scolaire commence cette année dans une atmosphère sereine avec l’arrivée de Monsieur le...
29/08/2018, 00:00
premiere-visite-de-rentree-du-recteur-stephan-martens

Première visite de rentrée du vice-recteur, Stephan Martens

 Jeudi 23 août 2018, le vice-recteur, Stephan Martens a effectué sa première visite de rentrée au...
27/08/2018, 07:54
visite-a-l-ecole-kaweni-poste

Visite de rentrée à l'école Kaweni Poste

 Jeudi 23 août 2018 - Visite de rentrée à l'école Kaweni Poste, avec le préfet de Mayotte,...
27/08/2018, 07:54
le-vice-recteur-en-visite-au-lycee-bamana

Le vice-recteur en visite au lycée Bamana

 Jeudi 23 août 2018. Visite de rentrée au lycée de Bamana, avec le préfet de Mayotte. Très beau...
27/08/2018, 07:54
   

S'INFORMER

Picto 6 Picto 4 Picto 2 Picto 3 Picto 5 Picto 1 amelouvertoriginal cr voyage 150x122 Arena 130x142 I-prof 180x44 Eduscol 150x33

   

LIENS UTILES  


banniereparentseleves

CNESCO

services en ligne EN

handicap

logo VIGIPIRATE

   
© Vice-Rectorat de Mayotte