La première table ronde du Vice-Rectorat sur l’architecture et le développement durable

 

Le Mardi 15 octobre s’est tenu la table ronde sur l’architecture et le développement durable au Vice-rectorat. Le Vice-Recteur a impulsé le débat avant de laisser la parole à l’animatrice, Mme Anne-Constance Onghéna du cabinet de développement durable, Insidens.

DSC_8665_ok.jpg DSC_8669_ok.jpg

Une salle pleine, quatre architectes, quatre cabinets différents, trois thématiques : la ventilation naturelle, la protection et la diminution de la chaleur solaire, le choix des matériaux de construction, 1h30 pour ergoter autour des constructions économes et fonctionnelles du territoire mahorais.

vice-recteur architectes DSC_8660_ok.jpg

Les quatre cabinets lauréats du concours d’architecture concernant la future construction du lycée de Chirongui : Dietrich Untertrifaller Architectes, Atelier Philippe Madec, Laboratoire d’Architecture Bioclimatique de La Réunion et Atelier 234 ont pendant 1h30 offert leurs visions à la fois esthétique et fonctionnel des futurs bâtiments de Mayotte.

Le changement climatique du territoire a fait l’objet d’un long débat entre les quatre cabinets mais aussi entre ces derniers et l’auditoire, composé d’élèves, d’enseignants, de directeurs, de diverses associations... « Il faut que le bâtiment soit ici et pas ailleurs » (Cabinet Dietrich Untertrifaller Architectes), une connaissance des lieux est donc primordiale, raison pour laquelle les architectes étaient présents sur le territoire.

Le collège de Bouéni est un bel exemple. Un bâtiment très peu énergivore, une bonne exposition des salles, une végétation accrue permettant une bonne ventilation, la prise en compte des aléas climatiques pour l’architecture et l’orientation des bâtiments, etc. Le futur lycée des Métiers du bâtiment de Longoni répond aussi aux critères environnementaux (sobriété énergétique, emploi de la brique en terre compressée, panneaux photovoltaïques, le bois…) son architecture servira d’outil d’apprentissage pour les futurs lycéens.

Les quatre architectes ont souligné l’importance de ces trois thématiques tout en réamorçant le débat entre la modernité et la tradition : comment construire des bâtiments contemporains avec des matériaux et savoir-faire ancestraux ? Les questions étaient nombreuses, le Vice-Rectorat réitérera cette opération pour maintenir l’éveil et la curiosité des -jeunes- citoyen·ne·s de l’île.